Le Ndem du renouveau – an 32

 

image1030

Je wanda ! Qu’est-ce que la sorcellerie donne aux gens ici dehors ? C’est le genre de question que je me pose souvent après le troisième coca dans un bar. Oui je sais, boire jusqu’à 3 cocas dans un bar est une image pathétique pour un gars du kwatt comme moi. Mais depuis que j’ai arrêté la bière, les cocas veulent ma mort. Bref, l’histoire de coca que je bois maintenant là hein, on parlera de ça une autre fois. Juste pour dire à tous ceux qui essayent d’arrêter la bière et ses cousins kitoko, nofia, lion d’or, king arthur et toute la cohorte de whisky frelatés qui atterrissent chaque jour dans nos boutiques, ne me prenez pas pour exemple oh. Ça fait certes des mois que je suis au coca mais un jour un jour je reprendrai la bière là où je l’ai laissé. Je ne suis pas un modèle d’abstinence à l’alcool. Je me suis seulement remis au sport pour combattre le gros ventre que j’ai déjà.

J’étais donc à mon troisième coca chez Ténancière, le bar où j’ai mes habitudes à Olézoa, entre Mobil Olézoa (qu’on appelle toujours mobil olézoa malgré la nouvelle enseigne Oil Lybia) et l’Ambassade de France, quand mon poisson braisé arrive enfin à ma table. Je sais que les gens de Douala vont se dire : quelle marque de poisson braisé dépasse celui de Youpé ? Seul un gars qui n’a jamais mangé le poisson braisé de mama Tecki peut se poser ce genre de question hérétique. Mama Tecki braise son poisson chez Ténancière depuis 4 ans environ et ça fait 4 ans environ que je suis client régulier.

Après avoir lavé la dernière arrête de la tête de mon bar braisé et lancé la commande de mon quatrième coca, je re wanda que how : qu’est ce que la sorcellerie donne aux gens ici dehors ?

Le 6 novembre dernier je quitte de chez moi cougna cougna pour aller rendre visite à une big résé qui wok à l’immeuble rose au quartier administratif, siège des institutions du mboa. En fait, la big résé là voulait me voir parce que son muna se marie bientôt et elle veut que je fasse un show pour l’occasion. Comme c’est vraiment une big résé que je know de from, elle est comme ma mater donc je ne peux pas lui ask les iotas alors je go la coincer au bureau pour être sûr que, dans ce divers, je m’en sors au moins avec un carnet de bons de carburant. Un capo dégaine plus facilement les bons de carburant au bureau. Quand tu lui dis au revoir, il ouvre un tiroir et le bon de carburant est à côté. Parce qu’à la maison, on va te servir la tchop et le jong jusqu’ààà et après il te dit : salut-moi ta mère et prends soin de toi. Comme ci j’ai attendu qu’il me dise ça pour prendre soin de moi, je wanda. Les gens donnent souvent les conseils aux autres comme ci les autres sont assis à un carrefour attendant que ces conseils tombent du ciel pour commencer à se bouger.

Bref, je gare ma bougna au parking de l’immeuble rose…mouf, vous mimbayez que j’allais bolè ma vie à waka by foot a Yaoundé ? En garant ma bougna, je wanda quand même que donc c’est possible de trouver une place de parking libre au parking de l’immeuble rose à 11H du matin !? Les miracles existent.

J’arrive dans son bureau et la mère là n’est pas là ? Pourquoi les gens aiment la sorcellerie comme ça ? Tu dis à un gars vient au bureau à telle heure précise, le gars se bat jusqu’à il arrive à l’heure et il n’y a personne au bureau.

Je lance trente appels en moins de deux minutes…quand un gars n’a pas le carburant dans sa bougna hein, il va signer l’indien dans ton bureau. Deux heures après la mère là m’envoie un sms : je suis au village pour le 6 novembre. Mince, mes calculs de carburant tombent à l’eau. Comment ai-je pu oublier que c’était le 6 novembre ? Date où on a cadeauté le pouvoir à un gars qui a signé l’indien sur l’affaire là. Oh blasphème ! Oh manque de respect ! Oh crime de lèse majesté ! Pauvre petit insolent, comment peux-tu imaginer trouver un fonctionnaire sérieux dans son bureau un jour aussi historique pour le Renouveau point d’interrogation.

Bref, je confirme que quand tu as la malchance hein, c’est que tu n’as pas la chance. Je décide de lever le siège du bureau de la big résé pour back digérer mon ndem au kwatt. Pendant que je fonce vers ma bougna en pleurant les bons de carburant que je n’aurai pas et que je comprends enfin pourquoi le parking de l’immeuble rose avait des places vides, un pater sifflant sa petite guinness, assis sur un cassier de bière au bord de la route, se sent obligé de me réciter la litanie des bienfaits du renouveau : « mon fils, Paul Biya est notre salut. S’il n’y avait pas la paix au Cameroun, est ce qu’on pouvait boire la bière comme ça ? » Pourquoi les gens aiment la sorcellerie ? Tu bois ta bière sans m’inviter et tu veux que j’enjoy le renouveau avec toi ? Le père là n’a pas compris ce que j’avais dit dans mon cœur et il a continué sa sorcellerie dans mes oreilles. « Mon fils, pourquoi les camerounais aiment se plaindre ? On a la chance d’être debout, boire nos bières, faire nos enfants, manger le poisson braisé et malgré ça les gens se plaignent toujours. »

J’ai failli dire au père là : « tes noyaux ! » Mais j’ai pensé à tous les films chinois que j’ai vu au ciné club et j’ai compris pourquoi les moines shaolin répondent toujours : « amintafa Bouddha n’aime pas la violence ».

Normalement hein, je regarde la politique comme le chien regarde la télé : je vois seulement des gens qui parlent en faisant beaucoup de gestes, parfois c’est comme s’ils vont bagarrer bientôt. Je wanda, c’est la politique comme ça hein ? Moi je préfère regarder les dessins animés de Tiji avec ma fille…mais quand je perds des bons de carburant à cause de la célébration des 32 ans du renouveau, je deviens très nerveux.

Pour dire vrai hein le renouveau de Paul Biya ci hein, il n’y a que les gars de la mangeoire qui savent là où il se trouve.

Il y a la paix au Cameroun hein. C’est vrai ! Même comme la paix dans la galère est une paix relative et malgré le sissia que Boko Haram nous fait à l’extrême nord, vrai vrai il y a la paix au Cameroun. On tchop, on boit nos bières, on nyass nos ngas…c’est vrai. On doit remercier Paul Biya, ça aussi c’est vrai.

Le seul PB dans l’affaire ci c’est qu’hein, si on doit vraiment remercier Paul Biya, remercions le pour tout.

Le père, merci pour la paix. Le père, merci aussi pour le ndem.

Pour l’eau qui n’arrive pas dans mon kwatt, les coupures de courant, les nids de poule en route, le malade qui est mort l’autre jour à l’hôpital central parce qu’il n’avait pas 3500F pour les médicaments des premiers soins, l’infirmière a dit qu’elle ne pas toucher le malade sans les médicaments là…le père, je te remercie aussi pour tout ça hein. Pardon oh, ne mettez pas vos bouches dans l’affaire ci : je parle de Paul Biya, c’est mon oncle du village donc mon père. N’importe quel bulu a une parenté, même lointaine, avec Paul Biya. Ça ne veut rien dire hein, moi-même je sais ça et je m’en fou, c’est quand même mon oncle du village. Il n’y a que les bangantés qui peuvent comprendre ce que je dis, depuis que père Nyat est au SENAT même les dschang sont bangantés.

32 ans de renouveau c’est bien hein. Tous les griots de la république ont chantés les louanges de ces 32 ans. En même temps, si tu ne chantes pas l’atalaku du gars qui te farote, c’est que tu cherches les ailes de l’épervier avec la torche.

C’est pendant la célébration de ces 32 ans de renouveau que j’ai compris ce que les experts blancs appellent souvent : amnésie sélective.

Chaque fois qu’on faisait allusion aux dévaluations successives du francs CFA, à la privatisation des entreprises camerounaises, à la baisse des salaires des fonctionnaires que les récentes augmentations n’ont pas rattrapées, à l’augmentation des prix des produits de première et troisième nécessité ; tous les experts du renouveau expliquaient que ce n’est pas la faute de Paul Biya, que ce sont les institutions de Breton Wood, la Banque Mondiale, le FMI et la Communauté internationale qui ont fait ça.

Mais dès qu’on parlait de paix et de stabilité, là, tous les mêmes experts juraient par tous les dieux que c’est grâce à Paul Biya, à lui et à lui seul. Sa clairvoyance et sa pugnacité nous donne la paix et la stabilité. Massa, toi-même tu confirmes que les gars maîtrisent les rimes : pugnacité, stabilité…ça me fait penser à Jacques le fameux Ndongo, mon autre oncle du village. Voilà un père à qui la honte ne dit plus rien. Même Tchiroma wanda souvent sur lui…massa ta part d’atalaku ci c’est le high level.

Bref, moi je suis d’accord avec ce qu’ils disent hein mais j’ai quand même envie de dire à ces messieurs les experts du renouveau que c’est aussi grâce à ses absences…pardon…ses séjours prolongés dans son vrai pays « mbeng » que la corruption augmente tous les jours et que le ndem s’est installé o mboa jusqu’à ça ne veut plus partir.

J’habite à odza, chaque deux semaines on nous coupe la route pour que le père là passe, j’ai même déjà raté deux gombos à cause de ça mais ça c’est un divers que je vais sortir un autre jour. Il ne faut pas mélanger les kongossas.

Comprenez seulement qu’hein si je vous dis que le père là n’est « presque » jamais là, c’est qu’il n’est « presque » jamais là. Et chaque fois qu’il fait un court séjour à Ongola, il wanda sur la marque de problèmes qu’il y a au pays jusqu’à il vexe et il repart. Pardon, le kongossa ci est trop chaud, gardons ça pour après.

Bref, revenons à nos moutons : célébration du renouveau – an 32. Les émissions télés et radios de ces jours là ressemblaient à un sketch que les gars étaient allés répéter à Mvomeka’a.

L’annonce qui m’a tué, c’est quand un de ces griots à parlé du contrat que le Cameroun a signé en avril dernier avec une entreprise belge pour la construction d’un tramway à Douala et à Yaoundé dès 2015.

Paapa, les grandes réalisations veulent la mort de l’émergence 2035.

On veut déjà amener le tramway au kamer ? ça c’est une bonne nouvelle. Le seul PB c’est qu’il s’agit d’une bonne nouvelle du renouveau an 32.

Dans le renouveau an 32 hein, quand les Lions gagnent un tournoi, Paul Biya lui-même court à la Ciartivi pour nous dire que nous devons tous avoir « le fighting spirit des lions ». Le jour où les lions versent le manioc, même le bip de Paul Biya ne passe plus. Le père là télécharge les enquêtes à distance via son bluetooth.

Quand on repart une route ici au kamer c’est qu’il a quatre autres routes qui se gâtent. Si l’eau coule dans un kwatt c’est qu’il y a trois autres kwatt qui n’auront jamais l’eau du robinet. Quand on ouvre un hôpital quelque part c’est que les autres hôpitaux n’ont plus de médicaments et avec tout ça, le renouveau an 32 veut nous faire croire que Energie Noire Et Obscure – ENEO (c’est pas malin de parler comme ça d’un gars à qui je vais demander de sponsoriser mon prochain show) bref ENEO qui n’arrive pas à bien fournir le courant domestique aux ménages de Douala et Yaoundé (pour les régions alors c’est la malchance qui est prévu là bas)…on veut nous faire croire que ce gars pourra fournir assez de courant pour le tramway qui arrive ? Qu’est-ce que la sorcellerie donne au renouveau ?

ENEO…ça aussi c’est un divers que je garde pour un autre jour. Oui cher lecteur, je ressens d’ici ta joie à l’idée du kongossa que je ferrai sur ENEO mais prend ton mal en patience : le kongossa est un plat qui se mange bien pimenté.

Bref, pour revenir à la question énergétique liée au fonctionnement du future tramway, un big réfré du renouveau, bien assis dans la mangeoire, m’a rappelé que Memvele et Lom Pangar arrivent. J’ai failli lui dire : « tes noyaux » mais j’ai essuyé ma bouche. « ma grand, donc tu as forget ce que le big katika de ce pays disait par rapport à la centrale thermique de kribi – que quand la centrale là va waka, le délestage sera un mauvais souvenir. Mais depuis que la centrale là waka, c’est ENEO qu’on voit. Tu as aussi forget quand le père là nous avait promis, jusqu’à tous les griots du renouveau chantaient ça, qu’après avoir atteint le point d’achèvement, la crise sera un mauvais souvenir. On ne savait pas que c’est nous que le point d’achèvement allait achever ».

Quand je finissais mon cinquième coca chez Tenancière, je ne savais toujours pas ce que la sorcellerie donne aux gens ici dehors.

En tout cas hein, faites ce que vous voulez là bas en haut, nous on s’en fou ici en bas. Mais le jour où le ndem là va arriver aux brasseries, qu’il n’y aura plus la bière au bar avec mon coca à côté, là, vous allez voir les fesses de la poule. C’est seulement sur les benskins que les militaires français vont exfiltrés les gens ici.

Trop parlé donne soif ! Laissez-moi finir mon coca, je vais biper la big résé de l’immeuble rose…je ne peux pas laisser l’affaire des bons de carburant comme ça.

Que celui qui n’est pas content saute, si ça l’énerve, qu’il cale en l’air.

Nous…On joue le jeuuu!

 

 

 

Advertisements

4 réflexions sur “Le Ndem du renouveau – an 32

  1. Moi aussi je decouvre ton blog! Tjrs aussi grave ton humour je surkiffeeeee Ahka ce sont ts toi tes oncles ms coe tu as dit « On ne savait pas que c’est nous que le point d’achèvement allait achever »
    On subit sauf! #KeepOn

    Aimé par 1 personne

  2. Je ne me souviens pas de la dernière fois que j’ai ri autant, tout en apprenant beaucoup, vraiment merci. J’avoue que je ne t’ai jamais trouvé particulièrement drôle mais là tu viens de te faire un fan inconditionnel

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s